Top
Accueil Nous joindre

14 décembre 2017

Par Élisa Teyssier

 

Je veux, j’achète?

 

En tant que formatrice en éducation financière pour Option-travail, j’ai la chance de côtoyer au quotidien les jeunes de la génération C. Ouverts sur le monde, spontanés et curieux, ils doivent aussi faire face aux défis inhérents à l’ère technologique: désir d’instantanéité, accès illimité à des biens de consommation, achats facilités par le commerce en ligne, etc. Convaincue qu’il est primordial de les sensibiliser à l’importance d’une saine gestion de leurs finances, j’y consacre ma carrière à titre de «sensibilisatrice ludique». Eh oui! C’est possible de parler finances sans être plate!

Ah! L’argent! Les adolescents en rêvent, en veulent toujours plus, n’en comprennent pas toujours la valeur, pensent parfois pouvoir l’acquérir sans le moindre effort. On leur dit qu’il ne fait pas le bonheur. Pourtant, ils sont exposés chaque jour à une multitude d’annonces publicitaires qui cherchent à leur prouver le contraire.

Ce n’est pas facile de rester zen en discutant finances avec nos ados. Mais la saine gestion des finances n’étant pas une aptitude innée, il faut bien qu’ils l’apprennent quelque part. C’est là que j’entre en jeu. Par contre, j’ai beau leur exposer les faits, leur donner des exemples, leur fournir des trucs, pour être assimilée, la théorie doit être mise en pratique.

 

Là, c’est aux parents de prendre le relais! Car pour développer de bons réflexes, les jeunes doivent être mis en contact avec différents modes de paiement, vivre leurs expériences et, inévitablement, faire de mauvais choix. Dur, dur pour un parent de laisser son enfant commettre des erreurs. Mais c’est la meilleure façon de lui apprendre le libre choix. D’ailleurs, vaut mieux qu’il le fasse à un jeune âge que lorsqu’il devra contracter d’importants engagements financiers.

Certes, avec la formation inachevée du cortex préfrontal des adolescents, les parents se doivent de n’être pas trop loin et pour les guider et pour les outiller. Leur rôle est important:  accompagner les jeunes dans le développement de saines habitudes financières et de consommation, c’est aussi les aider à devenir de futurs citoyens épanouis et responsables.[1]



[1] E. Teyssier (2017). Je veux, j’achète? http://www.contact.ulaval.ca/article_dossier/vivre-a-credit/

 

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE!

 

 

 

NOS PRINCIPAUX PARTENAIRES FINANCIERS

 ligne

 

partenaires

Desjardins 

 

Autres partenaires

autre partenaires