Top
Accueil Nous joindre

14 décembre 2015

 

Ne soyez pas le p’tit dernier choisi dans l’équipe de ballon prisonnier!

Par Alexandra Giroux, conseillère d'orientation

 

 

On vous a déjà dit que l’obtention d’un diplôme universitaire vous garantit l’accès à de bons emplois?

 

Il est certes vrai qu’obtenir un diplôme permet d’augmenter ses chances de décrocher un emploi intéressant, mais c’est maintenant loin d’être la seule exigence des employeurs dans certains domaines d’activité. Présentement, le nombre de diplômés universitaires croît plus rapidement que le nombre d’emplois professionnels disponibles.

 

« Chez les diplômés universitaires âgés de 25 à 34 ans (…), 18 % travaillaient dans des professions exigeant habituellement des études de niveau secondaire ou moins, et environ 40 % travaillaient dans des professions exigeant habituellement des études de niveau collégial ou moins » (Statistique Canada, 2014).

 

De plus en plus d’employeurs peuvent donc se permettre d’être pointilleux en termes d’exigences d’embauche. C’est la loi de l’offre et de la demande dans un marché libre : plus il y a de diplômés disponibles pour le nombre d’emplois vacants, plus les exigences des employeurs seront élevées. La liste de leurs demandes peut parfois ressembler à votre facture à la sortie de chez Costco : elle est interminable!

Inflation des diplômes

 

Bref, je ne suis ni en train de vous vendre un livre de recettes, ni de vous dire d’abandonner vos rêves si vous souhaitez devenir le prochain Ricardo! Mais soyez conscients que si vous choisissez un domaine professionnel hautement compétitif, il faudra déployer davantage d’efforts et user de stratégies audacieuses pour vous démarquer de la moyenne des ours!

 

Pour faire face à des perspectives d’emploi peu prometteuses, certains bacheliers vont opter pour une fuite en avant, c’est-à-dire poursuivre leur formation à la maitrise et au doctorat, non pas par intérêt pour la recherche, mais faute de ne pas avoir réussi à obtenir un emploi. Leur devise : se surqualifier pour se surclasser! Évidemment, vous comprendrez que ce principe ne s’applique pas à tous les domaines professionnels.

 

Je vous garantis que cette méthode ne fait que vous éloigner encore plus de votre idéal rêvé qui est d’avoir un poste de VP chez Google, deux bébés blonds et une résidence secondaire en Polynésie française. Votre début de carrière risque plutôt de ressembler à un 1 et demi douteux et des dettes d’études jusqu’en 2038.

 

Pour éviter cela, je vous suggère de vous informer sur les perspectives d’emploi en :

 

 

*Les conseillers d’Option-travail peuvent vous aider dans cette démarche si vous êtes intéressés.

 

Après avoir fait ce « reality check », vous pourrez ensuite bonifier votre formation en :

 

 

Ceci vous aidera à mettre toutes les chances de votre côté au moment où on vous jettera dans l’arène des Hunger Games du marché du travail.

 

Hunger Games du marché du travail

 

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE INFOLETTRE!

 

 

 

NOS PRINCIPAUX PARTENAIRES FINANCIERS

 ligne

 

partenaires

Desjardins 

 

Autres partenaires

autre partenaires